Sommaire

Pour adapter ses soins aux besoins de sa peau, il est essentiel avant tout de connaître ces besoins en question. Le type de peau n’est pas l’élément unique dont il faut tenir compte.

La peau peut présenter plusieurs phénomènes, dont la prise en compte est parfois tout aussi importante, sinon plus, que celle du type de peau. Et cela ne peut se faire que si l’on effectue une analyse de peau, un réel diagnostic. Voyons plutôt.

Utilité du diagnostic peau

Le diagnostic constitue la pierre angulaire du traitement de la peau, celle qui permet de traiter la peau dans son ensemble et de guider la patiente sur la façon d’entretenir sa peau.

La peau du visage est la partie de notre corps la plus exposée. Elle assume en permanence un rôle de protection, mais elle est aussi un organe vivant par elle-même : elle secrète, elle respire, elle absorbe… et elle change. Pas si facile de toujours utiliser des produits adaptés en évoluant ainsi. Une des exigences primordiales du soin de la peau est qu’il soit réadapté en permanence, en fonction des besoins du moment.

Le type de peau se définit à l’issu du diagnostic, mais celui-ci ne se limite pas à définir le type de peau. Il comprend également toutes les caractéristiques de la peau afin d'utiliser les soins adaptés au quotidien.

Anamnèse : pour faciliter le diagnostic peau

Lorsque vous allez chez l’esthéticienne, la première chose qu’elle fait, avant de traiter votre peau, est de l’observer. Le diagnostic se fait sur une peau nette, débarrassée de toute trace de maquillage.

On commence avant tout avec l’anamnèse, un questionnaire général qui renseigne l’esthéticienne sur vous et votre mode de vie :

  • L’esthéticienne commence par vous questionner sur votre âge, votre situation, votre métier. Ces questions ne sont pas anodines, elles aident la praticienne à cibler le soin et ses conseils de façon précise.
  • Par exemple si vous êtes professeur de sport, votre peau devra être plus protégée des intempéries, et des rayons solaires que si vous passez 8 heures par jour devant un écran d’ordinateur.
  • De même, si vous venez d’accoucher, il est fort probable que votre peau présente des phénomènes liés aux changements hormonaux, qui disparaîtront dans les mois qui suivent l’accouchement.

Diagnostic peau : observer ses particularités

Particularités visibles de la peau

Certaines caractéristiques générales, comme le teint, la quantité de rides, l’épaisseur de la peau, sa matité ou sa brillance sont de précieux renseignements qui vont orienter le soin dans un sens ou un autre.

Certains éléments sont présents sur des types de peaux très différents :

  • La déshydratation est un élément que l’on retrouve chez des types de peaux très différents, mais elles ont des conséquences tout aussi différentes dans la construction du soin.
  • On s’attend ainsi à ce qu’une peau sèche soit déshydratée. Il n’est cependant par rare de voir des peaux grasses déshydratées.
  • Souvent, ce phénomène est dû à un abus de produits détergents ou abrasifs, qui peu à peu, détruisent le film hydrolipidique. La peau continue donc à produire du sébum, elle reste grasse en profondeur, mais le film hydrolipidique est complètement absent. Elle donne donc la sensation d’être très desséchée.

Le diagnostic renseigne aussi sur les éléments et les phénomènes visibles à la surface de la peau : la quantité de comédons, la présence d’éléments infectieux, la présence de taches pigmentaires sont autant de facteurs auquel l’esthéticienne devra tenir compte lorsqu’elle construira son soin, et établira le suivi quotidien.

Peau : diagnostic au toucher

Le toucher est la troisième étape importante du diagnostic : il renseigne sur la texture de la peau, son niveau d’hydratation, sa rugosité, sa souplesse ou son relâchement.

Aussi dans la rubrique :

Soins de la peau

Sommaire

Professionnels des soins du visage

Soin du visage en institut

Ces pros peuvent vous aider